THE PINEAPPLE THIEF : chronique « Magnolia »

 THE PINEAPPLE THIEF nous avait vraiment gâtés avec « All The Wars » en nous offrant un album électique doublé des versions acoustiques en bonus. Une démarche intéressante qui donne toujours une vision différente des différents morceaux. Ici pas de version acoustique, et le groupe est dans la continuité de l’album précédent avec les mêmes choix de morceaux courts et de volutes de cordes à la place des synthétiseurs, présents mais très en retrait.

 Dans une récente interview, Bruce Soord justifie ses choix de morceaux courts en affirmant que pour lui, actuellement, il est plus facile d’exprimer beaucoup de choses en un temps réduit au lieu de se perdre en répétitions qui peuvent être lassantes. la longueur du morceau ne justifie pas forcément son caractère ‘Prog’.  Il affirme aussi qu’il pourrait prochainement tout aussi bien refaire des morceaux plus longs….
Leader incontesté de ce groupe (auteur, compositeur, chanteur) Bruce Sword oscille entre une musique directement accessible et une musique plus sophistiquée.
POCHETTE PINEAPPLE THIEF
 On est moins proche de TRANSATLANTIC ou des FLOWER KINGS que de MUSE , COLDPLAY ou ANATHEMA..
Mais il est difficile  d’assimiler THE PINEAPPLE THIEF à ces superstars de la pop anglaise, cela pourrait s’envisager pour un ou deux morceaux à la rigueur, mais la grande majorité du discours est d’un autre niveau. Mélancolique mais jamais dans le pathos excessif à faire pleurer les foules, ni dans le son qui va tuer les stades même si parfois ça secoue pas mal au niveau des décibels. Avec Bruce Soord, on reste dans une certaine intimité, une confession de son mal être, si bien chanté (il confie avoir travaillé sa voix) d’une voix absolument touchante, omniprésente mais jamais emphatique.
Donc pas de longueurs instrumentales, les morceaux s’arrêtent même de façon abrupte, pas de solis, quelques déchirements et plaintes de guitares ici et là pour souligner le drame. Un univers sombre certes, mais jamais désespéré !
Lorsque les rythmes se font moins binaires, on peut apprécier cette machine qu’est ce groupe et l’ajout des cordes est vraiment intéressant pour souligner la force mélodique des compositions.
Impossible de savoir ce que va nous sortir Bruce Soord la prochaine fois, il ne cherche pas le tube c’est sûr (je n’en vois pas sur ce CD, malgré la taille optimale de certains morceaux). il nous propose en tout cas un discours d’une grande authenticité en se démarquant à la fois du Prog, du Metal et de la Pop. Une autre voie, un ailleurs musical……
  • Chronique écrite par Topprog

http://pineapplethief.com/

https://www.facebook.com/thepineapplethief

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.