THE ARISTOCRATS : chronique « Tres Caballeros »

Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, THE ARISTOCRATS c’est  3 musiciens d’exception : Guthrie Govan (Steven Wilson, Asia/GPS) , Bryan Beller (Dethklok, Steve Vai, Mike Keneally, Joe Satriani)  et Marco Minnemann (Necrophagist, Kreator, Adrian Belew, UKZ, Steven Wilson, Joe Satriani).

Les 3 musiciens de THE ARISTOCRATS reviennent en force pour nous offrir « Tres Caballeros », un album encore plus libre, plus progressif, plus innovant, et plus expérimental  que le précédent.

pochette THE ARISTOCRATS tres_caballeros_SQ-1024x1024

Quel plaisir de voir des musiciens sortir des sentiers battus et prendre des risques,  un peu comme l’a fait KING CRIMSON dans un autre style durant les années 70′ !

« Throught The Flower », le dernier titre de l’album, qui est nettement plus long que les autres (11mns), tranche nettement avec ceux qui précèdent – étant  plutôt relativement planant et développant une certaine mélodie.

THE ARISTOCRATS c’est toujours et plus que jamais sur cette nouvelle galette une profusion de rythmes, de notes, de breaks, de contretemps, de rugosité. Y en a-t-il trop par moment, c’est sans doute une question légitime à se poser !

A mon sens cela fait parti de l’ADN très libre des musiciens du groupe qui ne se fixent pas ou très peu de limites, allant jusqu’au bout de leurs pensées, de leur cheminement intellectuel  et de leur développement musical, sans se poser visiblement  de questions métaphysiques et sans vouloir faire entrer leurs titres dans des petits tiroirs pré-définis !

L’agitation musicale est constante tout en étant en permanence calquée sur une construction  musicale hyper stricte, métronomique, étonnante, et  c’est là ou on peut voir la classe « hors référence » des 3 pistoleros !

Les prouesses musicales successives  peuvent sans doute être difficiles à assimiler pour un auditoire non averti, ou pas vraiment habitué à ce que la ligne jaune des portées musicales soit franchie. Comme les autres productions de ce groupe atypique, il est nécessaire de prendre le temps de découvrir et d’assimiler  les subtilités et les brusqueries qui égrènent  les 58 minutes de la galette. Mais lors que ce cap est franchi, et que l’on est en phase avec ce type de musique, quel  bonheur et quelle liberté sensorielle !

  • Album Recommandé par Prog Mania

http://the-aristocrats-band.com/
https://www.facebook.com/aristocratsband

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.