Joe Bonamassa : chronique album « Blues Of Desperation »

Après un excellent « Towards to the daylight », j’ai été un peu déçu par « Different shades of blue ». Joe Bonamassa y annonçait alors et pour la première fois un album 100% de sa patte. L’inspiration n’’était à mon avis pas complètement  à la hauteur et  son empreinte noyée dans un certain classicisme avec, à mon goût, des cuivres trop présents.
Ici, le maestro récidive et c’est une pure réussite ! Dès le virulent « This train » et son slide, on est vraiment entraîné dans un tourbillon d’inspiration qui fait plaisir, tant au niveau du son que de la créativité. On aime Joe Bonamassa car c’est avant tout un guitariste hors norme, et sur ce disque cela est une nouvelle fois démontré. Le solo, long et inspiré de « No good place for the lonely » justifierai à lui seul l’achat de ce disque. La patte de Joe…  tout simplement! Personnellement j’ai toujours trouvé les compositions de Joe Bonamassa intéressantes, et si on les met bout à bout tout au long de sa déjà longue carrière on s’aperçoit qu’il est vraiment un excellent compositeur. Tout en restant humble, car il a toujours voulu rendre hommage aux anciens avec ses superbes reprises. « Moutain Climbing » est issu directement de sa propre influence car on est ici assez proche de Black Country Communion, une de ses expériences.  « How deep this river runs » est aussi un bel exemple de sa créativité tout comme le titre éponyme: du solide ! Finalement peu de vrai blues, sinon les deux derniers morceaux.
On n’oublie pas non plus la passion du guitariste pour les instruments vintage qu’il nous présente, illustrée par  de superbes photos dans l’édition de luxe. Ses guitare sonnent admirablement bien et il aurait pu également  nous parler des amplis car on entend des reverbs à ressort ou à lames dignes du fameux « Sweet tea » de Buddy Guy. Tout cela est parfaitement servi par l’incontournable Kevin Shirley à la console. A noter aussi les beaux chœoeurs féminins incluant la magnifique Mahalia Barnes.
Joe Bonamassa, c’est la synthèse de Jimmy Page, Eric Clapton, Jimi Hendrix, Rory Gallagher, etc., un jeu époustouflant et ici…..très  inspiré ! Le bon rock de l’autre côté de l’Atlantique ; Play it loud !…

  • Chronique rédigée par Topprog

??????????????????

Cet album a été produit par Kevin Shirley (Led Zeppelin, Iron Maiden, Aerosmith).

Il contient 11 nouvelles chansons originales composées  à Nashville avec James House, Tom Hambridge, Jeffrey Steele, Jerry Flowers et  Gary Nicholson.

Il a été enregistré en 5 jours à Nashville au Grand Victor Sound Studios (ex-RCA Studio A) avec Anton Fig (batterie), Greg Morrow (batterie), Michael Rhodes (basse), Reese Wynans (claviers), ainsi qu’une section de cuivres composée de Lee Thornburg, Paulie Cerra et Mark Douthit, et avec Mahalia Barnes, Jade McRae et  Juanita Tippins aux choeurs

http://jbonamassa.com/

https://www.facebook.com/JoeBonamassa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.