Blues Pills : chronique album « Lady in Gold »

Blues Pills : chronique album « Lady in Gold »

Leur premier opus de 2014 était un étonnant « back to the early seventies », qui ne m’a pas fait crier au génie mais avec des choses intéressantes quand même.
Dans ce deuxième opus on remarque dès le titre éponyme, excellent, la présence de claviers et de chœurs féminins. Un son aussi plus travaillé. L’ensemble du disque est à mon avis plus « soul » que le précédent et plus riche en couleurs sonores. Les morceaux sont toujours compacts, avec un excellent groove et vont encore plus à l’essentiel que précédemment. Dorian Sorriaux, l’excellent guitariste français, est omniprésent mais ne se lance pas dans de nombreux soli. Je trouve cela un peu regrettable, car il a incontestablement du talent (comme le montre le DVD). Au total peu de passages instrumentaux et la place est de choix pour la belle chanteuse suédoise Ellin larsson. Une voix accrocheuse sans aucun doute. Les compos originales (à part une reprise explosive de T.J White) sont toutes d’excellente facture, avec un petit break un peu mièvre avec « I felt a change ». C’est joli, on va dire, mais ça casse un peu l’ambiance plutôt tonique de l’ensemble.
Le DVD enregistré à Berlin est excellent  sur le son , moins sur l’image avec des plans qui durent environ 5 secondes.. lassant pour les yeux. Intéressant de voir un public plutôt jeune, plutôt sage, pour un groupe tout aussi sage sur scène…. On n’est pas à Woodstock, c’est sûr!!
Un groupe de grande qualité mais qui manque un peu d’audace musicale pour être vraiment enthousiasmant. Et attention qu’il ne devienne pas « Ellin Larsson and the blues pills » tant tout semble fait pour mettre la chanteuse au premier plan.
  • Chronique rédigée par Topprog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.