Walter Trout : chronique album « We’re all in this together »

Walter Trout : chronique album « We’re all in this together » (2017)

Un disque de blues supplémentaire fait par un vieux routier du genre pourrait-on dire… Effectivement, mais dès la première écoute on sent qu’il s’est passé quelque chose dans l’élaboration de ce disque ! Certes, il ne renouvelle pas un genre qui ne le sera jamais plus. 14 morceaux où on ne s’ennuie jamais et où il n’y a rien à jeter, ou aucune pièce mineure, c’est plutôt une excellente performance.

Le « vieux » bluesman a décidé de refaire un « Truth circle » ‘(2006), mais en mieux. Il a invité des amis qui ne se sont pas fait prier, toutes générations confondues : Kenny Wayne Shepherd , Sonny Landreth , Charlie Musselwhite, Mike Zito, Robben Ford, Warren Haynes, Eric Gales, Edgar Winter, Joe Louis Walker, John Nemeth, Jon Trout, Randy Bachman , John Mayall et Joe Bonamassa. Aucun amateur de blues n’osera rêver de voir tout ce beau monde sur la même scène! La guitare électrique est bien sûr à l’honneur, mais on a aussi de beaux harmonicas, un saxo et de la guitare acoustique. Walter Trout, comme il l’explique, a concocté chaque morceau selon le style de chacun de ses invités. Et c’est l’intérêt de ce disque ou le maitre d’œuvre… oeuvre excellemment bien à la 6 cordes et au chant, mais laisse s’exprimer librement ses partenaires. Cela nous vaut de belles joutes vocales et instrumentales, sans jamais pour autant tomber dans la démonstration. Les styles de blues sont tous là, et cette musique  jouée ainsi est vraiment une extase. Il faut dire que la section rythmique est excellente et l’enregistrement parfait. Les claviers sont omniprésents sans emphase. Mais le climat est vraiment à l’électricité et c’est vraiment un plaisir d’entendre ces artistes s’exprimer, chacun dans son style. Quelle différence d’approche entre Joe Louis Walker, ses phrasés « deep blues » et parfois humoristiques et Robben Ford et son « blues fusion »!… Pourtant c’est du blues, c’est le blues ! Difficile de mettre en avant un titre plus que l’autre. Bien sûr le duo avec le Joe Bonamassa est sublime (ces solis parfaitement construits, avec de la réverb à la fin qui vient enrichir la couleur des guitares !). Le morceau avec son fils est aussi très bon : belle voix, beau style ! Le morceau purement acoustique avec John Mayall à l’harmonica nous plonge littéralement dans le sud profond. Tout est parfait mais dans le sens délicieux pas dans le sens d’un son formaté comme c’est malheureusement le cas pour de nombreux disques de blues. Pas de formatage FM dans le son ni dans le format. Un seul petit bémol… pas de guitares ni de voix féminines, pourtant il y en a des pointures dans ce style, par exemple Joanne Shaw Taylor, pour n’en citer qu’une !

19/20

  • Chronique rédigée par Topprog

https://www.waltertrout.com/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.