THE PINEAPPLE THIEF : chronique album « Dissolution »

THE PINEAPPLE THIEF : chronique album « Dissolution » (2018)

Le groupe anglais nous avait gâté dernièrement en nous offrant un formidable DVD/CD live « Where we stood ». Ils nous reviennent pour un nouvel opus studio avec -ô joie !- le batteur Gavin Harrison. Celui-ci est à priori le 4’ème membre du groupe et de plus il co-compose les 7 principaux morceaux avec le leader massimo incontestable, et parolier doué, Bruce Soord.
La rythmique de ce groupe déjà impeccable a bien sûr gagné en richesse et en précision et il apparaît dès la première écoute que le duo Harrison/Skyes fonctionne à merveille. Dans le fond et la forme il n’y a pas de nouveauté par rapport à « Your wilderness ». Le groupe semble avoir trouvé sa marche de croisière et ceux qui aiment adoreront cet opus. Une musique qui oscille entre pop de haut niveau et prog, un peu comme ce que fait papa Steven Wilson actuellement.
Les références à Porcupine Tree sont toujours présentes (Uncovering your tracks) mais The pineapple Thief possède une personnalité bien différente. Des morceaux plus courts (bon 1 de 9 mns ici..c’est rare!), cette alternance de tension et de relâchement, ces guitares très pêchues et la voix de Soord absolument envoutante. Jamais un note de trop, tout est tiré au cordeau et l’ambiance un peu mélancolique ne pousse jamais au-delà, vers la tristesse, comme cela peut être le cas d’un groupe assez proche par son ascendance et ses compositions, Riverside.
Sans aucun doute un des groupes majeurs de la prog. On peut simplement regretter que le guitariste Darran Charles qui explose littéralement de virtuosité dans le live ne soit pas de la partie.
  • Chronique rédigée par Topprog

https://www.facebook.com/thepineapplethief/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.