ZIO : chronique album « Flower Torania »

« Flower Torania » est un conte… C’est l’histoire d’Alan qui doit redonner le sourire à une petite fille, Belbi, condamnée à ne plus jamais sourire… Pour relever ce défi, Alan aura son lot d’épreuves à surmonter. Il devra affronter 3 royaumes magiques… remplis de merveille, de danger et de peur, de manière à pouvoir capter la fleur vivante et consciente « Torania » qui pourrait être la clé de la potion salvatrice pour Belbi…

ZIO, c’est le projet de Jimmy Pallagrosi qui n’a pas fait dans la demi-mesure pour ce premier album. Il a été particulièrement ambitieux en créant un concept album sophistiqué et complexe. « Flower Torania » raconte une histoire, avec plusieurs personnages qui interviennent régulièrement. Il est donc logique que ce disque fasse la part belle aux chants féminins et masculins qui sont la pierre angulaire de l’édifice musical. Côté chant, on se trouve parfois dans le registre de « l’Opéra-Rock », parfois dans celui du Rock flirtant avec la « Pop » comme sur le titre « Interstellar List », parfois avec un chant plus solennel, et toujours avec de l’émotion vocale… Le premier défi à relever pour JP était donc de mettre les bonnes personnes dans les bonnes « cases vocales » ! Aucun problème : JP a tout simplement fait appel à 3 des meilleurs chanteuses et chanteur(s) de la planète Prog : son ancienne « collègue de groupe » la brillante Hayley Griffiths,  Heather Findlay,  That Joe Payne, sans oublier Franck Carducci, très à l’aise dans son rôle. Excusez du peu… En termes de performances vocales, de sensibilité, de complémentarité et de polyvalence, difficile de faire mieux !

Côté musique, « Flower Torania » est un disque de Prog-Rock très composite, qui surprend par ses contre-pieds permanents, qui flirte régulièrement avec le Métal Progressif et le Rock Symphonique, et qui se découvre au fil des écoutes. Les gènes du Rock sont présents en permanence dans son ADN, mais nous ne nous trouvons pas du tout dans le schéma d’un disque de Rock classique, malgré quelques rythmiques de guitare très « hard », et certaines atmosphères « endiablées » !…  Le ton très dynamique de l’album est donné d’entrée, dès le second titre « X-Ray »  qui suit les 2 minutes d’ouverture au piano. Ceci étant dit, ce disque possède de nombreux moments calmes et sereins, tout en ayant une atmosphère d’ensemble très vivante et enlevée, c’est le moins que l’on puisse dire !…  « Flower Torania » est composé de 11 titres, dont 5 très courts échelonnés au début, à la fin et tout au long de l’album, de manière à introduire l’histoire, la conclure, et favoriser les transitions.  Les autres titres ont une durée d’environ 7 minutes. Ils sont souvent scindés en plusieurs parties, distinctes, déliées, souvent complémentaires, voire opposées au niveau du style. L’orchestration des différents titres est très réussie, avec une parfaite imbrication des différents instruments, et c’est vraiment l’un des points forts de l’album.  Aucun de ceux-ci n’est particulièrement mis en avant. J’aurais tendance à croire que l’homogénéité d’ensemble était souhaitée, plutôt que d’avantager tel ou tel talent individuel, ou tel ou tel instrument. La batterie et évidemment très présente, avec le brio que l’on connait à Jimmy Pallagrosi, qui dose à merveille ses interventions de manière à se fondre dans le collectif musical, tout en délivrant de l’énergie aux moments où il le faut. Les guitares sont là en permanence, parfois Métal, parfois Fusion, comme sur le superbe solo de l’exceptionnel titre « Erwin’s Opera », parfois acoustiques. Cependant, elles ne cannibalisent pas l’espace, laissant un champ d’expression libre pour les autres instruments, notamment les claviers, et pour la partie vocale. Le 8ème titre, « Inner City Shorroma », est un parfait exemple de la puissance narratrice et instrumentale de ce disque.

Cet album, étonnant par son schéma atypique, pétri de qualités, est une remarquable réussite. Jimmy Pallagrosi a réussi un réel exploit en le réalisant.

  • Album recommandé par Prog-Mania

Chants : Hayley Griffiths (Torania), That Joe Payne (Alan), Heather (Belbi), Franck Carducci (Nato).

Musiciens : Marc Fascia (guitare), Richard Henshall (guitare lead – 7), Lizzie Hayes (basse – 2,3,5,8,10), Alex Lofocco (basse – 6,7), Olivier Castan (claviers), Jimmy Pallagrosi (batterie), Cagri Tozluoglu (orchestration – 6,8,11), Alfonso Alfano (accordéon – 11).

https://www.facebook.com/JimmyPallagrosiZIO/

https://www.ziosite.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.