THE TANGENT : chronique album « Auto Reconnaissance »

THE TANGENT : chronique album « Auto Reconnaissance » (2020)

Andy Tillison a présenté de la manière suivante cet album : « Je refuse catégoriquement d’accepter que le Rock Progressif soit une sorte de pièce de musée. C’est en fait un mouvement vivant et respirant qui a un passé, un présent et surtout un avenir. Il s’est subtilement et viralement maintenu en vie pendant des décennies où de nombreux nouveaux genres musicaux ont atteint la gloire et se sont estompés. »

Il est effectivement inutile de chercher parmi  les 7 titres qui composent ce nouvel opus de THE TANGENT, groupe britannique très singulier depuis toujours dans l’univers de la Musique Progressive, des réminiscences de la Prog des années 70’ ou 80’ !

« Auto Reconnaissance » possède une ambiance générale très jazzy, groovy, un peu soul, plutôt inhabituelle pour ce genre de groupe… Quand on écoute ce disque, on peut penser par moments à des formations telles que Return to Forever ou bien Weather Report, pour n’en citer que deux. Ça n’est pas forcément de prime abord ce que l’on pouvait imaginer ou attendre de THE TANGENT, mais la mixture et le mélange des genres sont tout simplement aussi surprenants que géniaux !… Pour autant, les musiciens de THE TANGENT n’ont pas délaissé les fondamentaux de la Musique Prog qui apparaissent ponctuellement. Le titre le plus révélateur en ce sens étant certainement le second, « Jinxed in Jersey ».

L’équilibre est parfait entre les différents instruments, claviers, flûte, cuivres, guitare et le chant qui est est très présent pour ne pas dire continu. Andy Tillison utilise toujours son style très personnel, qui se situe entre le chant « classique » et un flot de « paroles chantées ». Le guitariste Luke Machin nous fait une fois de plus une démonstration de la parfaite maîtrise de son instrument de prédilection, sans ostentation mais avec une facilité et un brio qui, à mon sens, le  situe parmi les meilleurs de sa catégorie, mais cela on le savait déjà !…

Le quatrième titre « The Tower of Babel », est particulièrement représentatif de cette atmosphère jazzy, lumineuse et même un peu funky, avec notamment une subtile wah-wah en début de morceau !

Le cinquième titre, « Lie Back and Think of England », très long avec ses 28 minutes, est une pièce d’exception, et même un monument de composition comme on en entend rarement. Il est particulièrement captivant avec ses multiples rebonds, un piano très en avant, un rythme syncopé, quelques paroles prononcées en français par Andy Tillison, un saxo subtil, une basse qui fait des merveilles, de l’orgue Hammond pour couronner le tout… Lui aussi est particulièrement groovy… Une merveille !

L’avant dernier titre, « The Midas Touch », est très swinguant, dansant, un peu pop, ludique même !

« Auto Reconnaissance » se termine avec un bonus track instrumental de 12 minutes, « Proxima », qui laisse perdurer l’atmosphère des morceaux précédents, et conclure avec beaucoup de sérénité ce remarquable album particulièrement accessible.

Andy Tillison et ses musiciens ont trouvé un cheminement sonore particulier et une harmonie musicale originale, qui fait que « Auto Reconnaissane » va bien au delà de l’étiquette classique et conventionnelle de Musique Prog pour en offrir une autre vision ! Cet album est une totale réussite.  La note de Prog-Mania : 19/20.

https://thetangent.org/

https://www.facebook.com/andy.tillison

Musiciens : Andy Tillison, Jonas Reingold, Luke Machin, Théo Travis, Steve Roberts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.