ORIANTHI : chronique album « O »

ORIANTHI : chronique album « O » – 2020 (Frontiers Music)

Il s’agit du premier nouvel album studio d’Orianthi en sept ans. Cette guitariste renommée de 35 ans, née en Australie, a joué avec les plus grands artistes mondiaux, parmi lesquels Alice Cooper, et Michael Jackson à l’occasion de la préparation de sa tournée « This Is It » qui n’a pas eu lieu suite à son décès.

En plus de son talent de guitariste reconnu depuis bien longtemps par ses pairs,  Orianthi démontre dans cet album sa capacité d’écriture et de compositrice, sans oublier son remarquable talent de chanteuse. Elle est à l’aise dans tous les registres, et sa voix n’a visiblement pas ou peu de limites.

Les deux premiers titres, « Contagious » et « Sinners Hymn », sont très rocks et lourds, avec des gros riffs, et une guitare très puissante qui « accroche » parfaitement ! Les solos sont percutants et enflammés, ils apportent beaucoup de lien et de vigueur à l’ensemble.

Le 3ème titre, « Rescue Me », débute de manière tranquille, claviers et chant davantage typé blues/soul très en relief, avant qu’une déferlante de gros son n’arrive et n’alterne avec le chant, sans oublier un superbe solo très tranchant et incisif. « Blow », titre également très rock,  possède un tempo basse/chant légèrement électro, rapidement boosté par un gros riff qui renverse tout sur son  passage ! « Sorry » est sans doute le titre le plus moderne de l’album, un peu pop, très dansant : un hit en puissance !…

« Crawling Out Of The Dark » est une ballade qui débute avec des arpèges de guitare sur lesquels se greffe le chant d’Orianthi d’une beauté absolue, où l’émotion est présente à chaque mesure, et d’une qualité vocale tout simplement parfaite. Ce moment de répit et de poésie se conclue avec un court solo de guitare tout en finesse et en son clair.

Le 7ème titre « Impulsive » est plutôt orienté « Rock garage », avec des guitares plutôt en sons clairs et/ou légèrement crunchés,  construit de manière simple. « Streams of Consciousness », quant à lui, revient vers du rock plus lourd, avec quelques accents Blues-Rock et même quelques  mesures très Heavy Métal et percutantes.

Le 9ème morceau, « Company », sonne également très moderne avec son programming et ses rythmes innovants, accompagnés par la voix suave et sensuelle d’Orianthi, sans oublier la guitare aussi présente qu’originale dans sa sonorité.

L’album se conclue avec « Moonwalker », sans aucun doute  un hommage à Mickael Jackson, dansant, pop, lumineux !…

Très bel album, varié, intelligent dans ses différentes approches et parfois surprenant, produit d’une manière remarquable. C’est du Rock, c’est du Hard-Rock… qui sait dépasser les frontières du genre, grâce au talent et à l’inventivité d’Orianthi , de manière à  proposer un objet artistique d’une constance et d’une qualité remarquables ! 18/20

Line-up : Orianthi Panagaris (Guitares, Chants, Programming), Evan Frederiksen (Batterie, Basse), Marti Frederiksen (Percussions, Programming, Basse 3ème titre)

https://www.facebook.com/Orianthi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.