Franck Carducci : chronique « Torn Apart » (2ème) –

  • Une 1ère chronique de cet album a été publiée sur Prog-mania le 22/12/14 :

http://prog-mania.com/2014/12/22/franck-carducci-chronique-torn-apart/

  • Ci-dessous une seconde chronique de Torn Apart rédigée par Topprog :

Avec « Oddity », Franck Carducci, avait mis la barre très haute avec un 1er opus d’un excellent niveau.

Ce chanteur/bassiste/guitariste/auteur/compositeur français revendique encore une fois son rock progressif bien ancré dans les 70′. Avec « Torn apart » il réussit une oeuvre encore plus cohérente, peut-être due à la stabilité du line up de 5 musiciens avec qui il tourne depuis de nombreux mois.

photo Copie

Franck Carducci, c’est d’’abord une voix très intéressante dans l’univers du rock, une ductilité entre Nick Barrett et Steve Walsh : douceur et rugosité lui vont bien avec une montée dans les aiguës sans perte de puissance, en somme un timbre agréable. C’est important car il y a beaucoup de chant et Franck nous raconte ses histoires d’amour(s) avec une émotion perceptible mais sans pathos surajouté.

Comme dans le premier disque la musique est plutôt lumineuse même si il sait casser l’ambiance optimiste comme dans la belle suite « A brief tale of time ». C’est la première pièce de consistance  pour les amateurs de Prog pur et dur qui aiment les morceaux de plus de 10 minutes, avec le dernier « Artificial Paradise » et son final poignant.

Mais Franck Carducci aime aussi nous raconter ses histoires de manière poétique et courte comme dans les délicieux « Artificial love » et »Girlfriend fot a day » où beaucoup est dit en 2 minutes. C’est cela aussi la Prog : souvenez-vous de GENESIS et ses délicieuses comptines « For absent friend », « Harlequin » ou « More fool me ».

photo franck carducc portrait 300

Avec l’excellent 1er morceau éponyme et surtout « Mr Hyde and Dr jekyll », Franck Carducci sait aussi faire péter la poudre et flirte avec le bon vieux hard rock, un style qui finalement va bien avec sa voix. On est quand même nettement plus proche de KANSAS que de BLACK SABBATH !

Avec « Closer to reversible » on a l’agréable surprise de voir arriver un invité de marque, Steve Hackett  qui offre à son jeune ami un solo grandiose qui aurait bien pu figurer sur son prochain disque.

Je vous avoue le meilleur pour la fin avec ce superbe et lumineux morceau « Journey throught the mind » qui résume à lui seul le style de Franck : punch, poésie et originalité (le sitar c’est vraiment  beau !).

Franck Carducci et ses  musiciens de haut niveau nous offrent encore un savoureux opus somme toute musicalement très accessible, d’une grande richesse tonale (grande place pour l’acoustique et les chœurs) et rythmique. Ancré dans les racines du Prog mais sans excès de « vintage ». Pas grand chose à reprocher si ce n’est peut être qu’il n’y a pas  sur le disque la place qui revient sur scène à la  douce voix de  Mary Reynaud !

photo 40 - 420x302

En parlant de scène, je conclurais que ’l’on peut laisser beaucoup d’espoirs à ce groupe car elle constitue un de ses points forts à une époque où force est de reconnaître que les groupes de Prog sont un peu tristes en spectacle et ne donnent souvent pas grand-chose de plus qu’une écoute dans son salon. Franck Carducci, avec ou sans chapeau, avec ou sans double neck, possède un charisme de frontman dénué de toute frime. Il se rend immédiatement  sympathique au public qui du coup a vraiment envie de le suivre dans ses aventures musicales. Le concert se transforme vite en une fête musicale, sans artifices d’images projetées ou autres. Le groupe décline sur scène une énergie hors du commun et la complicité qui règne entre les musiciens est palpable. Les 2 guitaristes aux styles sensiblement différents se livrent à des joutes musicales intéressantes mais sans ostentation technique ennuyeuse. Au fil des concerts le groupe a trouvé en « Alice’s Eerie Dream» du premier album un titre emblématique,  en le mettant en scène avec la présence de Mary «Alice» Reynaud.

Cela est important pour un groupe d’avoir un public originel qui attend un titre. On en reparlera dans 20 ans quand ils nous le joueront en troisième rappel !!!!

Au plaisir de les revoir sur scène !

photo climax

http://www.franckcarducci.com/

https://www.facebook.com/BassFranky

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.