FROST* : chronique EP « Others »

FROST* : chronique EP « Others » (2020)

Le super-groupe FROST* vient de sortir l’EP « Others ». Cet EP contient 6 morceaux écrits à l’époque de l’album «Falling Satellites» paru en 2016. Les titres à moitié terminés ont été mis de côté et ressortent maintenant, étant finalisés.

On se trouve plus que jamais dans du Néo Progressif au « spectre large ». Il s’affranchit en permanence des barrières du genre, car sonnant très moderne et ne se donnant pas vraiment de limites, avec même par moments certaines approches expérimentales et un concept global plutôt novateur. Cet EP est divisé en 2 parties. Les 3 premiers titres sont les plus complexes. Ils possèdent des sonorités plutôt synthétiques et même électro par moments. Le tempo de ces 3 titres est plein de punch et particulièrement soutenu par des rythmiques puissantes et synthétiques qui n’hésitent pas à s’emballer. L’audace est présente, et c’est aussi l’un des éléments qui fait que FROST* sait se singulariser dans l’univers du Prog Néo/Prog, que ce soit par les sons comme nous venons de l’évoquer, mais aussi par quelques coquetteries de composition judicieusement disposées. Par exemple le court break de boite musicale sur « Fathers », ou bien la courte intro ethnique du 3ème morceau « Exhib A », immédiatement « mutée » en sons modernes et agressifs. Les chants sont également soumis à un « traitement » de manière à être synchro avec l’ambiance générale souvent électro-expérimentale, voire même planante, comme sur la fin du titre « Exhib A ».

Les 3 titres suivants changent d’univers. On se trouve dans l’ensemble davantage dans une atmosphère mélodique qui arrive même à flirter discrètement avec la pop. « Fathom » est particulièrement calme et très mélodique. « Eat » est un titre que je trouve particulièrement réussi, et particulièrement original ! Il met en scène des voix, des onomatopées qui se répondent pendant de longs moments, en début et fin de morceau. Son rythme est « ondulatoire », lancinant et groovy. Il pourrait même faire le bonheur de certains dance floors branchés !… L’album se conclue sur « Drown » et son début planant. Ce titre est globalement calme et faussement simple, et il se complexifie au fil des mesures.

Les musiciens surdoués de FROST* on su nous emmener avec ce EP là où on ne les attendait pas en adaptant, en mixant, en reliant avec beaucoup de talent, de réussite et d’a propos certains idiomes souvent décorellés par nature, que ce soit le rock, le progressif, la pop, l’électronique ou bien encore l’expérimental. Le résultat est concluant, 17/20.

Setlist : 01. Fathers, 4.54 / 02. Clouda, 6.54 / 03. Exhibit A, 5.34 / 04. Fathom, 3.58 / 05. Eat, 4.39 / 06. Drown, 5.58

Musiciens : Jem Godfrey : chant, claviers / John Mitchell : guitare, chant / Nathan King : basse / Craig Blundell : batterie

https://www.facebook.com/frostlife/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.