KARMAKANIC – Who’s The Boss In The Factory (2008)

Jonas Reingold, pour  le 3ème album du groupe depuis sa création il y a une dizaine d’années s’est entouré, comme il le dit lui-même de « musiciens familiers ». Côté anecdote sympathique, son fils Alex y fait également une courte apparition au chant.

Le premier et long morceau « Send a message… » part avec brio dans de multiples directions, et nous il nous prouve d’entrée la capacité pour son auteur de réussir une alchimie en phase avec les musiciens présents en leur laissant cependant toute la latitude nécessaire pour qu’ils s’expriment.

Le second morceau « Let in Hollywood », atypique par rapport au reste de l’album, par son caractère très rythmé démarre avec une superbe rythmique de guitare acoustique nerveuse et acérée que l’on retrouve d’ailleurs ponctuellement au fil des minutes. Le groove est ensuite repris avec bonheur notamment par un gros son de guitare saturé.

Les 2 morceaux qui suivent sont longs, denses et intenses, magnifiés par l’extraordinaire prestation des musiciens et par un chant expressif  et fort.

Le dernier morceau de l’album « Eternally », divisé en 2 parties, est très émouvant, d’autant plus que l’accordéon y est très présent  et il souligne avec finesse le caractère fortement empreint de mélancolie de la fin de l’album.

Cet album atteint en permanence des sommets, et il est passionnant d’un bout à l’autre.

Le côté « air de famille » avec la musique des Flowers King’s, même s’il n’est pas complètement absent, et essentiellement reconnaissable sur « Send a Message… », prouve que Jonas Reingold a pu s’affranchir de l’influence de ce groupe et il nous démontre ainsi toute l’ampleur de sa personnalité musicale.

Un excellent disque.

17/20

pochette KARMAKANIC THE boss

https://www.facebook.com/pages/karmakanic/55405124891

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.