Steve Hackett : chronique album « Under A Mediterranean Sky »

Steve Hackett : chronique album « Under A Mediterranean Sky » (janvier 2021, InsideOut)

Certains artistes, qu’ils soient musiciens, peintres, écrivains, sculpteurs… occupent une place à part dans leur univers, grâce à leur talent, à l’imagination qu’ils savent déployer et à leur puissance créatrice. Leur éloquence d’écriture, de mise en forme et de réalisation leur permet de survoler le monde qui les entoure, ses règles, ses usages, d’en faire abstraction de manière à arriver, in fine, à réaliser une œuvre globale unique, complète, intemporelle et remarquable.

Vous l’aurez compris, Steve Hackett fait sans aucun doute partie de  cette catégorie. Ce musicien, guitariste, compositeur, chanteur, enchaine depuis une cinquantaine d’années avec brio des albums réussis et particulièrement originaux.

Steve Hackett  aurait pu « se contenter » de sortir un nouvel album studio dans un format traditionnel, avec les musiciens avec lesquels il travaille régulièrement. Le succès était assuré d’avance !… Il a préféré nous concocter un album acoustique orienté « Guitare Classique / Méditerranée », peut être plus ardu à réaliser, qui n’entre pas du tout dans le « schéma traditionnel Rock /Prog » qu’il affectionne.

Cet album s’inspire des longs voyages de Steve à travers la Méditerranée avec sa femme. Comme il le dit lui-même : « Beaucoup d’idées acoustiques s’étaient formées au fil des années, et c’était le moment idéal pour créer cet album (…) Un moment pour contempler les endroits que nous avons visités autour de la Méditerranée avec le genre de musique qui a évolué du monde de l’imagination ».

Cet album est très typé « Guitare Classique / Méditerranée », comme je l’ai indiqué précédemment, avec des influences diverses qui varient suivant les titres : espagnole, flamenco, moyen-orientale, arabo-andalouse, etc. Certains titres bénéficient d’un arrangement orchestral, d’autres profitent du jeu d’instruments typiques, du violon, d’autres sont principalement axés sur un jeu plus conventionnel de guitare cordes nylon.

Alors faut-il recommander cet album ?… Oui, bien sûr, parce qu’il est beau, qu’il est mélodique, qu’ il est parfaitement composé, arrangé et produit, et très original dans son concept. Mais est-il possible de ne pas adouber une œuvre de Steve Hackett ?…

Tracklisting : 1. Mdina (The Walled City) 08:45 / 2. Adriatic Blue 04:51 / 3. Sirocco 05:13 / 4. Joie de Vivre 03:42 / 5. The Memory Of Myth 03:29 / 6. Scarlatti Sonata 03:40 / 7. Casa del Fauno 03:51 / 8. The Dervish And The Djin 04:57 / 9. Lorato 02:29 / 10. Andalusian Heart 05:34 / 11. The Call Of the Sea 04:44

Line-Up:

Steve Hackett : nylon, steel string & twelve string guitars, charango, Iraqi oud (1 – 11) / John Hackett : flute (7) / Roger King : keyboards, programming & orchestral arrangements (1 – 11) / Malik Mansurov : tar (3, 8) / Arsen Petrosyan : duduk (8) / Christine Townsend : violin (5, 10) / Rob Townsend – soprano sax (8)

https://www.facebook.com/stevehackettofficial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.